BAGDAD


BAGDAD
BAGDAD

Capitale de la république d’Irak et ancienne métropole du califat ‘abb side, Bagdad (en arabe, Baghd d) est situé sur les deux rives du Tigre. Les combats, les séditions multiples qui ont traversé son histoire ont fait aux monuments de Bagdad un tort irrémédiable et bien peu ont survécu.

Les arts industriels sont surtout mentionnés dans les textes, et c’est de cette façon que nous connaissons l’origine bagdadienne des carreaux de faïence qui tapissent le mihrab de la grande mosquée de Kairouan. D’autre part, les califes, soucieux d’acclimater dans leur capitale la fabrication des étoffes de luxe, transportèrent à Bagdad des équipes de tisserands en provenance de Tuster, en Susiane. La cité mésopotamienne compta bientôt une grande quantité d’ateliers, dans lesquels des soieries et des brocarts ne cessèrent d’être fabriqués. Le mot baldaquin , dérivé du nom de Bagdad et qui a pénétré dans les langues européennes par l’italien, désignait originairement une étoffe.

Fondation de la Ville Ronde

La fondation de Bagdad fut décidée par le second calife ‘abb side Man ル r, avec l’utilisation d’un ancien nom iranien signifiant «la Dieudonnée». Les plans furent tracés par des ingénieurs en 758; les travaux commencèrent quatre ans plus tard, et la date de 765 marque l’installation réelle du souverain. La dénomination officielle fut Madinat al-Salam, la «cité de la paix».

L’agglomération primitive fut aménagée sur la rive occidentale du fleuve. Le plan circulaire adopté imposa des divisions géométriques très simples. Au centre s’élevait la mosquée-cathédrale et le palais du calife, appelé la Porte d’Or. De là partaient, dans quatre directions, des avenues qui aboutissaient à des portes, dont les appellations montrent l’orientation: porte du Khur s n, porte de Syrie, porte de K fa et porte de Bassora. L’ensemble, d’un diamètre d’environ deux kilomètres, était ceint d’une épaisse muraille, protégée par un avant-mur, un glacis et un fossé plein d’eau. À l’intérieur de ces remparts étaient logés les officiers de la cour et les bureaux administratifs. Tous les bâtiments étaient construits en briques, matériau habituel dans la région.

Le site semblait réunir toutes les conditions pour la sécurité et le développement d’une capitale politique et économique, car la position avait sa valeur pour le contrôle des routes stratégiques et commerciales. Les événements prouvèrent que Bagdad n’était pas à l’abri des invasions, mais les deux cours d’eau, le Tigre proche et l’Euphrate, plus éloigné vers l’ouest, facilitaient la circulation des hommes et des biens.

D’ailleurs Man ル r ne se sentait pas tranquille, puisque dès avant sa mort (775), il présidait à la fondation d’un nouveau quartier pour servir de résidence à son fils Mahd 稜, quartier qui porta le nom significatif de Camp de Mahd 稜. Le fleuve avait été franchi et le nouvel emplacement, nommé aussi Ru ル fa, fut situé sur la rive orientale, comme blotti dans une boucle du Tigre.

Rapidement les marchés furent prévus dans un quartier du sud de la Ville Ronde, le Karkh, où, suivant des données préétablies, chaque spécialité était groupée à part. Tel fut le premier aménagement, car, bien entendu, les marchés suivirent pas à pas les nouveaux quartiers d’habitation.

La fin de la cité de Man size=5ル size=5r

Il est impossible de retrouver sur place le noyau primitif de Bagdad, même d’une façon hypothétique. La Ville Ronde disparut lors de la guerre de succession, en 812-813, entre le calife Am 稜n, assiégé dans sa capitale, et les troupes de son frère Ma’m n, venues du Khur s n. Ce furent des combats de rues sans merci; la population ne savait plus où s’abriter; les artères de la ville étaient jonchées de cadavres; les ruines s’accumulaient partout, causées par les projectiles des machines de siège.

C’en sera donc fini de la cité de Man ル r, dont subsistera un unique point de repère, la mosquée-cathédrale. L’arrivée en Mésopotamie du calife Ma’m n se place six ans après et, dès ce moment, les califes songèrent à prendre leurs distances: les palais royaux s’élevèrent nombreux dans un vaste emplacement situé sur la rive orientale, immédiatement à l’est de la Ville Ronde, au sud de Ru ル fa. Ce terrain, qu’on appela bien vite la Résidence, fut, à la fin du XIe siècle, clos d’un rempart, percé d’un certain nombre de portes, et chaque calife eut le souci d’embellir cet espace: pavillons avec portiques à colonnes, entourés de jardins d’un aspect plaisant, pelouses, ruisseaux et pièces d’eau, parcs zoologiques et enceintes de chasse. Ici aussi, tout a disparu, mais les califes résidèrent dans ce vaste quadrilatère, bordé à l’ouest par le Tigre, jusqu’à l’attaque de H l g . Le voyageur andalou Ibn Djubayr s’extasiera à la fin du XIIe siècle sur l’aspect florissant de ces jardins califiens.

Les chroniques fournissent de nombreux renseignements sur l’essor intellectuel auquel Ma’m n a donné son nom. On ne peut malheureusement situer sur le terrain ce fameux bureau de traductions et l’académie de la Sagesse, faute de données topographiques valables.

De bonne heure, les deux rives du Tigre furent reliées par des ponts de bateaux, dont le nombre a varié, de trois à cinq, ainsi que l’emplacement: ces ponts étaient très visés lors des séditions populaires, et souvent détruits par les crues du fleuve.

Créations urbaines

Les habitants de Bagdad étaient loin de vivre au calme, et ce furent du reste les désordres causés par les contingents turcs recrutés dès le milieu du IXe siècle qui poussèrent les califes à choisir une résidence à une cinquantaine de kilomètres au nord, à Samarra. Et c’est notamment après la fuite sur Bagdad d’un calife trahi par les Turcs que cette ville subit un nouveau et terrible siège, en 865. Cette fois, les combats ont lieu sur la rive orientale, et le quartier de Ru ル fa fut presque détruit. C’est à cette époque qu’Ibn ネawkal constate que la plupart des quartiers sont dévastés et que de nombreux édifices sont en ruine.

C’est alors la fin d’un califat indépendant: après un émir des émirs, ce fut un prince b yide, puis le sultan saldj kide, qui prirent les califes en tutelle. Sous les B yides, ces maîtres shi‘ites d’un pontife sunnite réduit au rôle de roi fainéant, les émeutes, surtout localisées dans le quartier de Karkh, au sud de l’ancienne Ville Ronde, prirent une couleur particulière: ce sont alors des batailles entre les shi‘ites et les sunnites, avec leur cortège d’incendies et de pillages.

Un de ces seigneurs b yides, ‘A ボ d al-Dawla (978-983), attacha son nom à des entreprises d’urbanisme, mettant même en œuvre des moyens modernes de financement. Il fit restaurer tous les marchés et réparer tous les édifices religieux; il obligea les particuliers à reconstruire les immeubles dévastés et prévit des avances financières de l’État pour ceux qui ne pourraient acquitter cette dépense. Les berges du Tigre furent consolidées et les terrasses refaites; pour réparer les ponts, on choisit des bateaux solides, de bonne taille, et les parapets furent consolidés. Enfin, toutes les canalisations d’eau potable furent remises en état. Une création plus durable fut la fondation d’un hôpital, entre la Ville Ronde et le Tigre; gravement endommagé par une crue du fleuve en 1074, il retrouva son activité, mais ne survivra pas à la ruée mongole.

À la fin du XIe siècle, les quartiers de la ville, sur les deux rives, étaient séparés par des terrains vagues. Un plan de reconstruction fut alors prévu pour de nouveaux faubourgs, et une autre muraille les entoura, depuis Ru ル fa jusqu’au sud de Karkh, en un demi-cercle fermé par le Tigre. Ce rempart fut percé de sept portes.

Avec les Saldj kides, on voit apparaître la madrasa, le collège religieux d’État, et c’est à Bagdad que fut créé le premier établissement de ce genre, la Ni ワ miyya, rappelant le nom du grand homme d’État des Saldj kides, Ni ワ m al-Mulk. Il suffit de rappeler que la madrasa fut chargée de détruire les opinions hétérodoxes du monde musulman.

Le renouveau califien

Au début du XIIIe siècle, la capitale califienne semble revivre, notamment pendant le règne le plus long de tout le califat ‘abb side, celui de N ルir (1180-1225): c’est alors qu’on voit pulluler les couvents et les centres urbains d’accueil aux indigents. Une des portes de l’enceinte générale, à l’est, fut refaite alors, et appelée porte du Talisman à cause de sa sculpture. Bien qu’elle ait été détruite en 1917 à la suite de l’explosion d’une poudrière, d’excellentes photographies permettent l’étude de cette sculpture. Son ornementation principale représentait un petit personnage nimbé, saisissant dans ses mains les langues de deux dragons, dont les queues, épousant la courbe d’un arc, se tordaient en plusieurs nœuds. On a supposé que c’était là le portrait du calife N ルir terrassant ses deux ennemis les plus redoutables, les sh hs du Kh rezm et les sultans mongols.

Un peu plus tard, un nouveau collège, la Mustan ルiriyya, était fondé, et on a tenté de le sauver à l’époque contemporaine en y installant un musée. On peut donc admirer en partie une décoration murale au moyen de briques estampées, ainsi que des inscriptions qui se présentent avec une grande noblesse, en relief sur un fond de fines dentelles.

L’invasion mongole

Vint la catastrophe finale: les hordes du sultan mongol H l g bloquèrent la ville en janvier 1258 et, au bout d’un mois, ce fut l’invasion des rues; le meurtre et le pillage s’appesantirent sur Bagdad. Le calife fut mis à mort le 10 février. Telle fut la fin de l’empire califien.

La ville tomba au rang d’un chef-lieu de province, et un officier mongol réussit à y fonder une dynastie: c’est alors que s’élèvera la Mirdjaniyya, collège et mosquée, dont on peut encore apprécier la qualité. Des seigneurs mésopotamiens s’y installèrent, puis ce fut un nouveau sac de la ville par Tamerlan. Bagdad reste le centre endormi d’une petite région, tour à tour sous la domination ottomane, puis séfévide. Enfin les Ottomans l’emportent définitivement en 1638: la contrée est dès lors administrée par des pashas turcs et par des officiers maml ks.

À la fin de la Première Guerre mondiale, l’armée britannique s’empara de Bagdad le 11 mars 1917; le traité de Lausanne consacra un royaume de l’Irak sous mandat britannique. Le roi Fay ルal monta sur le trône en 1921 et l’État irakien devenait indépendant en 1930. Finalement, la République d’Irak fut proclamée le 14 juillet 1958.

La beauté d’édifices plus récents n’est pas discutable: ainsi, le mausolée d’Ab ネan 稜fa et la tombe de ‘Abd al- バ dir Dj 稜l n 稜 laissent une forte impression.

On sait les mouvements qui agitent aujourd’hui le monde islamique (conflit Irak-Iran, crise du Golfe). Dans ce contexte difficile, Bagdad reste, comme elle le fut si souvent en plus de mille ans d’histoire, une des métropoles de la civilisation de l’Islam: la création d’un centre de formation arabe aux techniques du patrimoine en témoigne parmi d’autres signes. Liée aux terres d’Asie comme à celles des rives méditerranéennes, attentive à son propre devenir, elle conserve cependant le souci de promouvoir par des entreprises d’une singulière hardiesse la restauration de son patrimoine national.

Bagdad ou Baghdad
(Bagdâd) cap. de l'Irak, sur le Tigre; aggl. urb. 4 648 610 hab. Centre comm. et industr.
La ville, dont le calife abbasside Al-Mansur fit sa cap. en 762, connut une splendeur dont il ne reste que divers bâtiments tardifs (XIIe-XIVe s.). Dans sa maison de la Sagesse, Harun ar-Rachid réunit à la fin du VIIIe s. les plus grands savants et esprits de l'époque, arabes et non arabes.
Pacte de Bagdad: pacte politico-militaire conclu en 1955, à la suite de la conférence de Bagdad, groupant l'Irak, la Turquie, le Pakistan, puis l'Iran (oct. 1955); après le retrait de l'Irak (1959), le pacte de Bagdad a fait place au CENTO (Central Treaty Organization), qui a été dissous en 1979.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bagdad — Lage …   Deutsch Wikipedia

  • Bagdad — بغداد …   Wikipedia Español

  • Bagdad — • Founded on the Tigris by the second Abbaside Caliph Abou Giafar al Mansur (762 or 764) and named by him Medinet es Selam, or City of Salvation Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Bagdad     Bagdad …   Catholic encyclopedia

  • Bagdad — can mean: * Baghdad, the capital city of Iraq * Bagdad (film), a 1949 American motion picture * Bagdad (song), a 1924 song by Jack Yellen and Milton Ager * Bagdad, Arizona (United States) * Bagdad, California (United States) * Bagdad, Florida… …   Wikipedia

  • Bagdad — war einst der Schauplatz der Mährchen der Scheherazade, der reiche Wohnsitz des Khalifen Harun al Raschid. Indeß liegt er in Trümmern am westlichen Ufer des Tigris, mit seinen prachtvollen Palästen, seinen wunderbaren Gärten, allen den Wohnsitzen …   Damen Conversations Lexikon

  • Bagdad — Bagdad, AZ U.S. Census Designated Place in Arizona Population (2000): 1578 Housing Units (2000): 813 Land area (2000): 7.882316 sq. miles (20.415103 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 7.882316 sq.… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Bagdad, AZ — U.S. Census Designated Place in Arizona Population (2000): 1578 Housing Units (2000): 813 Land area (2000): 7.882316 sq. miles (20.415103 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 7.882316 sq. miles… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Bagdad, FL — U.S. Census Designated Place in Florida Population (2000): 1490 Housing Units (2000): 659 Land area (2000): 3.519686 sq. miles (9.115944 sq. km) Water area (2000): 0.718255 sq. miles (1.860272 sq. km) Total area (2000): 4.237941 sq. miles… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Bagdad — Bagdad, Hauptstadt des türk. Paschaliks Bagdad in der Provinz Irak Arabi, am Tigris, 762 von dem Khalifen Almansur erbaut, hatte in ihrer Blüthezeit 2 Mill. E., war der Hauptmittelpunkt arab. Bildung und des ind. Handels nach dem Abendlande,… …   Herders Conversations-Lexikon

  • Bagdad — es la capital de Iraq. Tiene 5.772.000 habitantes (est. 2003) y por eso es una de las ciudades más pobladas del Medio Oriente (después de El Cairo, Teherán y Estambul). Está ubicada junto al río Tigris. En el año 762 de nuestra era, el califa Al… …   Enciclopedia Universal


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.